Explorez les grottes du Cornadore!!!

Notre visite guidée vous présentera les grottes du Cornadore sous tous ses aspects. Ainsi lors de votre escapade souterraine nous vous montrons les origines des sources thermominérales, les bains et les thermes romains, l’histoire géologique sommaire du site de St Nectaire, les eaux thermales au service de la pétrification…

 

 ———————————————————————-

Lors de votre visite des grottes du Cornadore, outre la découverte géologique et historique du site, vous suivrez le parcours rituel des bains et des thermes de cette époque : vous passerez de la salle tiède à la salle chaude où l’on peut encore voir deux baignoires parfaitement conservées. Puis, dans la galerie piquetées de stalagmites, découvrez la piscine d’eau fraîche, les cuves des bains aux eaux naturellement chaudes, minéralisées et riches en gaz carbonique… Ce parcours sensationnel vous permettra d’admirer de nombreuses curiosités géologiques forgées par la nature depuis plusieurs milliers d’années.

Spectacle époustouflant à ne pas rater!!

 ———————————————————————-

Etudes annuelles sur les sources thermominérales d’Auvergne : chimiolithothrophie et photosynthèse

L’Auvergne appartient, avec les Pyrénées, aux régions les plus riches en sources thermales de France. Ses sources d’eaux minérales sont assez souvent chaudes (le record est de 82°C à Chaudes-Aigues dans le Cantal) et très souvent chargées en CO2 (c’est pourquoi on les qualifie de carbo-gazeuses). La majorité des eaux gazeuses françaises du commerce viennent d’ailleurs du Massif Central ou de sa périphérie immédiate : Badoit, Perrier, Quézac, Saint-Yorre, Salvetat, Vals… (voir Les sources minérales oubliées du Massif Central de F. Surmély, Éd. de la Montmarie, 2004). Bien qu’en majorité localisées dans des régions non calcaires (régions granitiques ou volcaniques), ces sources plus ou moins chaudes sont aussi très souvent chargées en carbonates et cations dissous : c’est pourquoi on les qualifie de thermominérales. Elles déposent des concrétions de carbonate de calcium (CaCO3). Celui-ci précipite continuellement sous forme de dépôts, qui emprisonnent parfois des débris végétaux, et édifient des roches appelées travertins.

Lire la suite…

Auteurs :

– Marc-André Selosse, Centre d’Écologie Fonctionnelle et Évolutive, Univ. Montpellier 2
– David Busti, Préparation Agrégation SV-STU, ENS-Lyon
– Pierre Thomas, Laboratoire de Sciences de la Terre, ENS-Lyon